L'échec scolaire n'est pas une fatalité

mai 21, 2015

Votre enfant rencontre des difficultés scolaires. Vous pensez qu’il ne travaille pas et que c’est pour cette raison qu’il n’y arrive pas. C’est en général la conséquence d’une difficulté plus profonde que l’on nomme trouble de l’apprentissage.

 

école

La différence entre  cerveau droit et cerveau gauche:
L’école est adaptée aux enfants ayant une pensée séquentielle qui prédomine. La pensée séquentielle traite les informations de manière organisée et linéaire. Or, dans le système scolaire actuel, c’est plutôt l’hémisphère du cerveau gauche qui est sollicité.

Le cerveau gauche est : verbal, abstrait, analytique, temporel, déductif, séquentiel, rationnel, explicite et linéaire.
Les enfants dotés de ce mode de pensée réussissent plutôt bien à l’école car leur cerveau est adapté aux demandes et au fonctionnement de celle-ci.

Le cerveau droit fait un raisonnement global et sa pensée est en arborescence. Ce qui veut dire que le cerveau est comme un arbre avec des milliers de ramifications possibles à partir d’un sujet de départ.Le cerveau droit est : non verbal, Holistique (holisme ) : il considère l’objet comme constituant d’un tout, visuo- spatial, intuitif, intemporel et diffus.

Pour les enfants qui raisonnent de cette manière, l’école est un monde bien étrange. La plupart du temps, ils rédigent un devoir mais il est hors sujet. L’élève donne la bonne réponse mais ne sait pas la justifier. Une multitude de difficultés se dressent alors devant lui.

Dans un premier temps, il est important que l’enfant comprenne comment fonctionne son cerveau et la différence qu’il y a entre le sien et celui des autres. Cette différence le fait beaucoup souffrir car il est souvent mis à l’écart du groupe à cause de ce fonctionnement différent.

cerveau

  • Cerveau gauche: linéaire
  • Cerveau droit: arborescence
  • Pas de justification du raisonnement/hors sujet.

 Démonter le mythe de l’échec scolaire:

  • Mon enfant est paresseux il ne veut pas travailler.

Votre enfant ne veut pas faire ses devoirs, il se bloque dés que le moment fatidique approche. Il vous dit qu’il ne veut pas travailler. Ce n’est pas parce qu’il est paresseux ou pour une autre raison; il y a bien un véritable obstacle à ce manque de motivation. Derrière ces mots se cache une réelle difficulté à faire ce qui est demandé par les enseignants. Un enfant en difficulté a très peu d’estime de lui-même; quoi qu’il tente de faire et quoi qu’il fasse, il se sent nul. Le couperet des notes ne l’aide pas du tout, bien au contraire.

  • Si tu es en échec scolaire : qu’est ce qu’on va faire de toi?

Tous les propos dévalorisants que l’on prononce à l’encontre de l’enfant le font beaucoup souffrir et le blessent au plus haut point. En général, cet enfant est hypersensible et très réceptif à ses phrases assassines. À l’école par exemple : un enseignant arrache la page d’un élève parce qu’à ses yeux elle est mal écrite. Personne ne s’est posé la question de savoir si cet enfant est atteint d’ un trouble de l’apprentissage ? La dysgraphie. Il est plus lent que les autres et le geste d’écrire le fatigue beaucoup plus que les autres.

  • Enfant: hyper sensible
  • Enfant: manque d’estime de soi.

scolarité

 

Faire du renforcement positif:

Valoriser votre enfant dans les petites réussites quotidiennes: par exemple : votre enfant n’a pas l’habitude de ranger ses affaires et aujourd’hui il a rangé ses chaussettes.

  • Valoriser l’enfant.

Valoriser l’enfant ailleurs qu’à l’école:

En dehors de l’école, faites des activités avec votre enfant. Soutenez-le dans ce qui le passionne et dans ce qu’il réussit. Il saura alors qu’il a d’autres capacités que celles mises en avant à l’école.

Voir son enfant à travers un autre regard:

Parfois quand le problème est à l’école, on se focalise sur ce sujet. Et sans s’en rendre compte, les discussions tournent toujours autour de ce même sujet. Essayons de ne pas voir notre enfant que et uniquement comme sujet permanent et exclusif de la vie scolaire. Parlons avec lui de ses passions, soutenons-le dans cette difficile épreuve qu’est l’échec scolaire.

Apprendre autrement c’est possible:

Amusez-vous avec votre enfant à lui dessiner des lettres dans le dos.
Par exemple vous pouvez lui faire dessiner les lettres dans le sable, sur une ardoise, dans de la pâte à modeler.
L’enfant a besoin d’apprendre dans le mouvement même si parfois cela nous exaspère. Laisser-le bouger, il en a besoin pour apprendre.
Vous pouvez faire un jeu avec lui et écrire sur des petits papiers des ordres sans le sujet ou sans le verbe ou l’adjectif et faire comprendre à votre enfant la grammaire tout en s’amusant.

apprendre en jouant

  •  Apprendre en manipulant, en jouant.

Par exemple, apprendre la préhistoire en faisant des empreintes avec de la peinture « à la manière de ».
Pour les mathématiques, vous pouvez faire comprendre à votre enfant par le jeu cette matière qui lui semble si difficile : par exemple en divisant des parts de tarte vous pouvez lui faire comprendre les fractions.

art rupestre

En étant créatif, on peut rendre l’apprentissage ludique et plus l’enfant s’amuse plus il apprend facilement. De plus, c’est important pour l’enfant de savoir comment il fonctionne.

Vous pouvez lire le livre passionnant de : Jeanne Siaud Facchin, Aider l’enfant en difficulté scolaire
Dans un deuxième temps, il faut aller consulter un spécialiste pour comprendre mieux et détecter les troubles de l’apprentissage de l’enfant.

Consultez le lien suivant :
http://www.cogitoz.com/

A venir un article sur les troubles de l’apprentissage.

questionnement

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
Laissez une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez-nous
Recevez notre newsletter
Inscrivez-vous !