Notre expérience en Inde.

janvier 07, 2018

Pour la première fois en Inde depuis 6 jours j’arrive à me poser pour exprimer ce que je ressens. Je suis enfin prête à partager avec vous ce voyage fabuleux. Je vais essayer de vous résumer tout ce que je ressent, tout ce qui viens avec ce voyage en Inde. Pour ceux qui ne le savent pas encore. Nous avons décider de faire un voyage de 2 mois en Inde.

1 ères impressions:

En arrivant à Delhi, c’est comme une marée humaine à la sortie de l’aéroport, toutes sorte de gens sont affairés ici où là. De multiples classes sociales, et beaucoup de monde. Une population agitée, chacun pour soi, ne pas attendre d’aide, se débrouiller par soi même. Et un air irrespirable vraiment! Nous avons l’impression de développer de l’asthme tellement l’air est pollué. Le taxi de l’hotel gratuit n’est évidement pas au rendez-vous. Il faut trouver une solution. Je me rappelle de ce que j’ai lu sur un blog de voyageurs, à New Delhi, prendre un taxi prépaid afin d’éviter toutes arnaques. Je trouve donc le comptoir, et essaye de me faire une place parmi les hommes qui passe devant moi et qui me bousculent. Je réussi finalement lorsqu’un homme s’empare de mon chariot avec les bagages et me conduis au taxi. Le taxi qui date des années 80, et qui ressemble plus à une caisse qu’autre chose, pas de ceinture de sécurité. Nous nous faisons demander de l’argent ensuite. Première impression, les hommes nous scrutent du regard et nous nous sentons mal à l’aise.

 

Fort Cochin:

Nous prenons dés le lendemain un avion pour Cochin, cette grande capitale n’est pas pour nous pour le moment. Nous avons 1h30 de retard, normal en Inde, et nous arrivons épuisées. Nous voulons prendre un taxi, mais le carnaval rends la circulation impossible. On m’explique que je devrai prendre un taxi VIP, et donc plus cher pour atteindre Fort Cochin. Il y a un trafic monstre, et en plus le taxi n’arrive pas à trouver la homestay. Il se fait tard, et nous irons nous coucher sans manger. Arriver de nuit dans une ville n’est pas une très bonne idée. L’impression d’un chaos, et de ne pas savoir où l’on est. Il fait très chaud. Nous installons notre moustiquaire, nous allumons le ventilateur ( aile qui tourne au plafond) ici il y en a partout. Nous sommes au début du voyage, et nous ne sommes pas certaine de rester en Inde. Nous faisons un gros coup de déprime et nous partons dormir. Le lendemain matin nous avons fait notre première expérience en tuck tuck. Arnaques et compagnie, il voulais nous faire faire le tour de la ville. Nous avons refusé, mais il nous a quand même emmené dans une boutique, nous avons acheté une belle étole que j’ai négocié moitié prix pour ma maman. Et nous avons acheté des bracelets qui se sont cassés rapidement. Arnaque…Puis nous avons décidé d’aller explorer la ville à pieds, mais beaucoup de sollicitation par les enfants qui jouent au foot, qui veulent une bouteille d’eau. Au départ marcher à pieds paraît dingue! Mais comment font tous les occidentaux pour marcher dans ce chaos organisé. Finalement c’est un petit port de pêche et nous nous habituons vite. Nous faisons la rencontre d’un homme indien qui nous fait la visite guidée des carrelets de Fort Cochin. Magique nous avons remonté les filets avec le pêcheur en chantant dans la langue de la région: le malayam. Et ce fût un moment magique. A ce moment précis nous nous sentions pour la première fois en paix, proche de la population. Nous avons été ensuite expérimenter l’art théâtrale du kerala: Kathakali. C’est un spectacle impressionnant, assez bruyant !! La préparation Si bien que nous devons mettre des boules quies! Nous partons avant la fin car nous voulons aller au restaurant. Nous avons découvert un restaurant magnifique avec une nourriture végétarienne fraîche et savoureuse. Nous avons ensuite pris notre premier cours de yoga en Inde. Un style hata yoga, simple épuré. Puis nous avons été conviée chez notre professeur de yoga qui nous a montrer son centre ayurvédique, dans sa maison. Nous avons également rencontré sa femme. C’était magique, enfin rencontrer la population locale. Nous prenons des photos, nous échangeons à propos de l’art, car sa fille est artiste, et nous nous promettons de revenir.

Marari, près d’Allepey:

Nous faisons un transfert de 2 heures en taxi, le trajet se passe bien, puis nous arrivons dans une maison accueillante, et nous avons croisé des Allemandes qui nous ont dit qu’on mangeait très bien ici. Cette maison nous y resterons 2 jours et nous déciderons d’y retourrner. Nous avons été gâté par la nourriture délicieuse d’Asha, et la bienveillance de Francis. Ces gens ont le coeur sur la main. Nous nous sentons vite chez nous, nous rencontrons aussi 2 français sur notre chemin. Nous partagerons un moment de chant spontané assez magique sur la plage. Et nous allons nous baigner ensemble, et se balader. Nous faisons 3 heures de croisière sur un bateau à moteur (une gondole en plus gros). Nous avons l’impression d’être des princesses, nous sommes bien dans le calme des backwaters. Les palmiers, oiseaux, la végétation luxuriante est magique. Tout est doux, nous buvons notre premier jus de noix de coco.

Nous prenons un aigle apprivoisé sur notre bras. Tout est parfait. Puis le coeur serré et avec un peu d’apréhension mais aussi beaucoup de joie nous quittons ce lieux pour aller dans l’ashram d’AMMA. Elle y sera c’est sûr nous avons consulté son calandrier.

Ashram d’AMMA:

Nous arrivons en taxi vers l’ashram d’AMMA, nous prenons notre sac à dos et devons traverser le pont à pieds qui nous mène à l’ashram. Nous arrivons épuisée d’avoir porté le sac, nous demandons à des russes où est l’ashram finalement nous les suivons. Elles y vont justement. Nous tombons sur une amie italienne à qui nous parlons. Nous allons faire le check in, nous nous mettons à la queue. Puis direction la chambre pour poser les affaires, lorsque nous voyons la chambre, nous prenons peur. C’est vraiment humide, et les murs ne sont pas sains. Le matelas est dur comme de la pierre, il y a une française avec nous, elle est super gentille. Ensuite nous avons été au réfectoire, là ça se complique, l’hygiène est catastrophique, les assiettes encore humide traine dans une caisse. Nous décidons d’essuyer nos assiette avec notre casquette, n’ayant rien d’autre. Et nous sortons nos couverts pour pouvoir manger, je commence à avoir des doutes. Je ne me sens pas vraiment bien ici. Nous avons à peine manger (juste du riz) la nourriture ne donne pas envie! En plus l’humidité est forte, je ne vois pas beaucoup de sourires sur les visages. Nous passons à la visite guidée de l’ashram avec un monsieur en français. Il nous explique le fonctionnement. Et nous voyons le lieu de naissance d’Amma. Nous voyons sa maison et l’étable dans laquelle elle donne les câlins pour la première fois aux indiens. Son père à décidé de couper l’étable en deux pour lui permettre de faire le Darshan dans ce lieux. J’apprends qu’Amma va faire une méditation soit sur la plage (dévastée par le tsunami/typhon) il ne reste que des rochers qui cassent les vagues. Déception pour moi…

Suite au prochain épisode…

Partagez Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
Laissez une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Prochains évènements

Aucun évènements prévu pour le moment.

Suivez-nous
Recevez notre newsletter
Inscrivez-vous !